Potager autosuffisant : comment s’organiser ?

Un potager est un jardin de cultures de produits de consommation alimentaire.

Ces derniers sont essentiellement constitués de fruits et légumes.

Une nouvelle forme de potager dit autosuffisant fait désormais parler de lui.

Potager autosuffisant comment s'organiser

Sa spécificité est qu’il est destiné à l’auto-alimentation sur une très longue période.

Que faut-il savoir sur l’organisation de ce type de plantation ?

Identifier au préalable ses besoins

Pour organiser de façon optimale son potager autosuffisant, il est indispensable de se baser sur ses besoins.

Ainsi, une introspection de la consommation alimentaire journalière et hebdomadaire doit être faite.

Le bilan doit prendre en compte les produits (fruits et légumes) selon les différentes saisons.

Ensuite, il conviendra de répartir par importance de consommation les différentes plantations du potager.

Le but est d’avoir à disposition une production alimentaire couvrant vos besoins sur une très longue période.

Une fois ce bilan fait, il faudra prévoir pour chaque saison, les plants à mettre en terre.

Pour les autres produits alimentaires, il serait nécessaire de prévoir la technique de conservation parfaite.

La technique de culture appropriée

Pour organiser son potager autosuffisant, il faut préalablement définir la technique de culture qui conviendra le mieux.

Deux grandes possibilités sont à envisager entre la méthode sur butte et celle en planches.

Chacune d’elles vous offre certains avantages, mais possède également des limites.

La culture sur butte est une technique ayant fait ses preuves par le passé et toujours d’actualité.

Ses variétés sont le potager en carré, en lasagnes, ou encore la butte de sandwich.

Elle consiste à accroître la surface à utiliser pour planter.

L’efficacité de cette méthode s’observe, car elle assure un drainage optimal.

Une solidité des plantations est également observée grâce à cette méthode.

Une autre technique pouvant être sollicitée est la culture en planches.

C’est une méthode plutôt célèbre ayant la cote chez les personnes âgées.

Le principe repose sur une verticalisation et un allongement des plants.

Ces planches ont comme avantage de pouvoir être utilisées sur une très longue durée.

Cette méthode permet de réduire les tracasseries pour un potager prêt en un temps record.

Une fois le choix de la technique idéale adopté, il est temps de mettre en terre.

La réalisation proprement dite

La plantation des produits dans le potager devra se faire de façon stratégique.

Certains plants ont besoin d’ombre pour leur croissance, tandis que d’autres nécessitent de la lumière.

Une répartition en fonction de ces détails est fort intéressante.

Vous pourriez avoir besoin de compost pour votre potager autosuffisant.

L’irrigation pourrait être assurée par une collection optimale des eaux de pluie.

Pour des produits au naturel et sans toxicité, l’utilisation d’engrais sera fortement déconseillée.

Pour les plantes à fleurs, la fécondation par des insectes sera nécessaire.

L’installation d’un habitat pour ces êtres pourrait donc être nécessaire.

La réalisation du potager autosuffisant se fera en séparant chaque type de plantation.

Les arbres seront séparés des arbustes et des jeunes plants.

Les astuces pour un résultat encore plus exceptionnel

Plusieurs éléments entrent en compte dans la productivité d’un potager autosuffisant.

Parmi eux, s’assurer de la fertilité de la terre est un facteur important pour des résultats adéquats.

De plus, il existe des méthodes de culture pour optimiser le rendement de son potager.

La production en lasagnes ou une culture sous abri notamment ont fait leur preuve.

Pour finir, l’arrosage du potager autosuffisant et l’entretien des plants optimiseront à coup sûr les résultats.

Le désherbage efficace permet de lutter contre les parasites et d’assurer un développement harmonieux du potager.

Le potager autosuffisant est intéressant pour la consommation de produits naturels.

De plus, il permet une auto-gestion vivrière sur une bonne période.

L’organisation prend en compte l’identification des besoins et le choix des techniques de culture.

Un point d’honneur sera mis à l’arrosage et l’entretien du potager.


Articles connexes :

Quelles plantes dépuratives pour nettoyer le foie ?

Potager en permaculture : la voie de l’autonomie alimentaire ?