Potager en permaculture : la voie de l’autonomie alimentaire ?

Le monde actuel est celui de l’écologie.

Dans cette dynamique, on assiste à l’émergence de diverses techniques ou pratiques dans les différents secteurs de la vie économique.

Dans le sous-secteur de l’agriculture, la permaculture est un mode de production alimentaire qui fait son apparition en respect des normes écologiques.

Potager en permaculture la voie de l'autonomie alimentaire

Découvrons ici cette pratique qui pourrait conduire à une autonomie alimentaire.

Définition de la permaculture

La permaculture est une pratique de culture, basée sur des principes d’écologie et un système agricole traditionnel.

En effet, elle s’appuie sur la biodiversité tant animale que végétale pour donner un produit non seulement respectueux de l’environnement, mais également perdurable.

Le mot « permaculture » est un mot-valise provenant de l’expression américaine « Permanent Agriculture ».

Ce qui signifie des méthodes culturales, garantissant la continuité de fertilité naturelle aux terres.

L’expression a ensuite évolué pour prendre en compte la variable de durabilité d’un écosystème.

On peut alors distinguer la permaculture originelle et celle de design.

La différence entre les deux concepts repose essentiellement sur la considération des principes éthiques et écologiques.

Cependant, toutes les deux pratiques deux conduisent à la finalité d’une autonomie alimentaire.

La permaculture prône des préceptes tels que l’observation, l’interaction, l’usage et la valorisation des ressources biologiques.

Si l’on se réfère au potager en permaculture, elle ne concerne que les nutriments d’origine végétale tels que les fruits et les légumes.

Techniques de base de potager en permaculture

Au potager, la permaculture est assimilée à un ensemble de pratiques de jardinage.

Ce dernier a pour intérêt de produire des fruits et légumes nutritifs dépendamment de la préservation de la nature et de son écosystème.

Cet intérêt est accentué par l’indépendance alimentaire révélée lors de la permaculture.

Dans ce sens, le potager en permaculture implique certaines techniques de base différentes d’un potager simple.

Vous avez la sauvegarde du sol nu qui se fait en le maintenant constamment humide.

Pour ce faire, vous devez utiliser du « mulch ».

Vous devez aussi éviter de gaspiller de l’eau en la recyclant au maximum.

En effet, l’eau est essentielle dans un jardin potager.

Autrement dit, vous pouvez cultiver des fleurs comestibles, des petits arbres fruitiers car ils ont la faculté d’interagir de façon positive.

Outre cela, il est important que vous favorisiez la « culture en lasagne » plutôt que de labourer le sol sans cesse.

Effectivement, la lasagne vous assurera le recyclage des déchets organiques.

De plus, ce type de culture facilitera la pénétration des racines de plantes et de l’eau.

Elle permettra aussi d’attirer les vers de terre, qui sont importants pour le maintien de la santé de votre sol.

Ce qui dispensera l’utilisation des pesticides.

Importance du potager en permaculture

La permaculture prône le parfait équilibre entre la nature, les êtres vivants, animaux et végétaux.

Dans un potager en permaculture, les plantes nourrissent le sol, elles se ressèment toutes seules suivant le climat.

Les déchets sont utilisés pour le compostage, qui à son tour sera employé à l’amendement du sol.

En effet, rien n’est jamais perdu dans un jardin de potager en permaculture.

Ce dernier, cultivé en mode de culture écologique, éthique et traditionnel, nécessite moins d’efforts contrairement à un jardin de potager classique.

De plus, la permaculture valorise les combinaisons vertueuses des plantes.

Elle implique d’observer, d’apprendre et de cerner la manœuvre non seulement de la nature, mais aussi de l’écosystème.

Ce genre de jardin potager favorise la biodiversité et économise l’énergie.

Il conduit l’Homme sur la voie de l’autonomie alimentaire, grâce à son ensemble de techniques.

Effectivement, celui-ci repose principalement sur le respect des contraintes d’une agriculture traditionnelle et celui de la préservation de l’écosystème.

Conclusion

La permaculture originelle ou de design se base sur trois valeurs fondamentales.

La première consiste à veiller à la fertilisation pérenne de la terre.

Ensuite, nous avons la seconde valeur qui est de prendre soin de l’Homme.

La dernière valeur fondamentale a une dimension écologique. Elle consiste à sauvegarder l’environnement en préservant l’écosystème.

Cependant, le plus intéressant est que la permaculture permet l’autonomie alimentaire à tous ceux qui la pratiquent.


Articles connexes :

Potager autosuffisant : comment s’organiser ?

Sylvothérapie : comment soigner son stress grâce aux arbres ?