Sylvothérapie : comment soigner son stress grâce aux arbres ?

On a souvent besoin de très peu de choses pour aller mieux.

Après toutes les thérapies qui existent pour se procurer le bien-être, une nouvelle s’en ajoute et fait écho : la sylvothérapie.

Comment se servir de cette thérapie pour soigner son stress ? Autrement dit, quelles sont les étapes pour déstresser grâce aux arbres ? On en parle ici.

Sylvothérapie comment soigner son stress grâce aux arbres

Choisir son arbre

Il est évident que tous les arbres de la forêt n’ont pas le même aspect.

De même, chacun de ces derniers possède ses propres vertus.

Ainsi, dans le processus de vaincre le stress par la force des arbres, il faut commencer par choisir un arbre.

Celle qui semble correspondre à soi, selon son goût, sa conception des choses.

Une attention particulière aux raisons qui ont orienté le choix d’un tel arbre au lieu d’un tel autre s’avère très importante pour la thérapie.

En effet, réfléchir sur ces raisons permettra de se faire une idée de ses véritables motivations et aspirations dans la vie.

S’adosser et enlacer l’arbre

Après donc avoir fait son choix d’arbre, il revient à présent à s’adosser à lui et à l’enlacer.

Pour le faire, il faut parvenir à identifier sa face nord qui se situe au niveau du tronc et comporte souvent de la mousse.

De préférence avec les pieds nus, on pose ses mains sur l’écorce pour entrer en contact avec l’arbre.

Après quelques instants, on enlace l’arbre de façon à avoir son front posé sur l’arbre.

Cela permet de bénéficier de l’énergie de l’arbre.

Faire le bain de forêt

Si les précédentes étapes revenaient à s’initier à l’arbre, le bain de forêt constitue une étape clé de la sylvothérapie pour soigner le stress.

Il s’agit d’entreprendre une marche à travers les bois.

Cela contribue non seulement à s’oxygéner, mais surtout à prendre de la distance avec les réalités quotidiennes bruyantes.

Au cours de cette marche, il faut prêter attention aux sensations que l’on a dans son corps et se relaxer par la même occasion.

Il est démontré que cette marche entreprise pendant un court instant diminue grandement le taux de cortisol contenu dans l’organisme.

Aucune durée n’est imposée pour le bain de forêt.

Par ailleurs, il existe une méthode pour se déconnecter de la réalité et laisser ses émotions plus rapidement.

Cette dernière consiste à nouer une ficelle à deux arbres et à parcourir la distance en aller-retour tout en notant ce qu’on trouve au sol.

Mobiliser ses sens

Déstresser revient à déconnecter tous ses sens de la mauvaise émotion.

Pour ce faire, il faut réveiller tous ses sens pour entrer en contact avec l’arbre.

Cette étape se déroule de cinq façons que sont :

  • l’écoute de l’arbre (écouter la musique de l’arbre au passage du vent) ;
  • le toucher (avec les yeux fermés pour distinguer la nature de son écorce) ;
  • le sentir (respirer profondément les terpènes) ;
  • le regard (admirer la variation des couleurs et l’éclat du ciel à travers).

Quand tous les sens sont mobilisés pour pénétrer l’intimité de l’arbre, on se sent beaucoup mieux.

Pousser un arbre

Quand on est stressé, le diaphragme et par ricochet la respiration se retrouvent troublés.

Ainsi, pour rétablir la respiration et aller mieux, la dernière étape du processus de la sylvothérapie consiste à pousser un arbre.

Le but est de débloquer le diaphragme et de décontracter les émotions par le même coup.

Pour le faire, il faut se positionner à cent centimètres environ face au tronc de l’arbre, tendre les bras et apposer ses paumes sur l’arbre.

Après cela, on pousse doucement et tendrement l’arbre au cours de l’expiration.

Le plexus solaire s’ouvre et décontracte.

L’inspiration permet d’inhaler les bonnes substances provenant de l’arbre.

En définitive, grâce à la sylvothérapie, on peut se guérir du stress en se faisant le compagnon des arbres dans la forêt.

Par un nombre d’étapes bien définies, le bien-être est recouvré assez rapidement, et ce, naturellement.


Articles connexes :

Potager en permaculture : la voie de l’autonomie alimentaire ?

Ayahuasca : la liane pour élever son esprit ?